Respect des RBI - ONF - représentants - concertation - coopération - topos - responsabilité .

vendredi 25 janvier 2019 , par François L.
—   revision

Cela fait donc maintenant 4 ans que je relance sur ce sujet :

Le 04/01/2015 à 11:26, François Louvel a écrit :

> (...)
Participer à l’enrichissement d’une base commune, dans le cadre d’un wiki commun (Si bleau.info pouvait prendre cette évolution ce serait évidemment le mieux vu sa notoriété, la question est posée),
Unir les grimpeurs volontaires autour d’un projet collectif, pour notre bien commun public, éviter les publications de topos incontrôlées qui référencient des voies en RBI par exemple - ce qui est un problème pour l’ONF et notre responsabilité - pourraient être le projet de cette année.

Respect des RBI.
Une chose est de braver un interdit, d’aller faire un bloc en "loucedé" en RBI. Une autre de publier son exploit par une vidéo sur le web ...
et encore d’un autre niveau de responsabilité est de diffuser cette vidéo sur un site officiel de grimpe, d’y déclarer ses exploit, encourageant y aller !
Maintes clubs FFME, CAF, FSGT donne le lien bleau.info. Cela ne devrait pas aller sans un minimum d’interaction. D’autres que moi ont essayé interpeller sur ce sujet ?
Climbingaway (carte google, comme bleau.info, RBI non signalées) ne m’a pas non plus répondu sur ce problème : Mare aux Corneille, en RBI non signalé.
Or, CR AG CA cosiroc 2015 : "un partenariat a été passé avec la société ClimbingAway pour la création d’une application". Le cosiroc a-t-il interpellé ClimbingAway à ce propos ?

Nous en avions parlé en com° SNE, un auteur de topo présent ce l’étant fait reprocher par l’ONF. Il s’était défendu disant à raison qu’il n’avait fait que suivre la mode.
Tous les topos de ces 18 dernières années ont été fait sans aucune coopération et pour des profits privés. Les raisons de cela ? :
- printemps 2011, rédaction d’un mémento circuits : 10 mails furent échangés au cosiroc pour savoir si on devait entourer ou souligner le A d’arrivé (entre autre - -) pour arriver à la conclusion que les vices-présidents étaient en trop. Alors n’imaginons pas coopération pour un topo ! (ou pour un site web, ou pour une action érosion.)
- applis mobiles : les résolutions de garder des spots discrets pour ne pas y attirer trop de monde ont été balayées par l’affiche et l’espoir de gains.
Nos RBI sont ainsi données en pâture au tourisme comme de vulgaire forêts tropicales, pour de vils et mercantiles raisons.

Si il y avait concertation et coopération possible je ne serais pas obligé d’aborder le problème de si désagréable manière, peut être pourrions nous plaider réaménagement, tolérance, chemin d’accès sans écart, pour certains de ces blocs en RBI ? Car à bien mesurer le problème il ne semble pas si grave, cela ne concerne qu’une poignée de blocs. Ce problème particulier pourraient aussi très simplement, autoritairement et rapidement être réglé par l’ONF !

Ce serait évidemment dommage, surtout ne ferait que déporter le problème. Ce refus de concertation, coopération, responsabilité n’est pas le fait d’individus isolés d’un milieu certes "très fragmenté", mais où tout le monde se connaît.
Les désirs, intérêts et pratiques entre les tenants des circuits et du bloc pur n’ont certes plus grand chose à voir. Mais peu nombreux sont les "grands" actifs en blocs, circuits et topos, cela ne devrait pas être impossible de coopérer pour l’essentiel, même sans être amis. Plutôt que de s’obstiner dans ce qui génère tant de conflits et dégâts !

Il n’y a pas que le problème du respect des RBI. Par exemple, indiquer qu’il faut se garer en bord de départemental pour accéder à un massif. L’alimentation de bleau.info n’est basée que sur le désir d’afficher ses œuvres et perf’. On alimente bleau.info. Il n’y a pas de coopération avec bleau.info ! Ni entre grimpeur, ni avec les institutions comme l’ONF. Il faut remédier à cela.

Quand on se prétend responsable de la gestion des circuits, après l’avoir affirmé si fort et tant fait pour obtenir ce "privilège", laisser pendant plus d’un an un article projet de création de 4 circuits sur cosiroc.fr sans réponse ?!
Connaissant le peu de personne impliquées au cosiroc, cela interroge sur l’usage hérité par ceux ci d’une association à la forte réputation et à l’avoir bancaire de 98 188,76 € (?! chiffre 2016).
À qui, pourquoi, pour quel objectif et selon quels critères le cosiroc rembourse des frais ? 2500 € de déplacement par an ? Le cosiroc devrait être plus clair sur ces questions. Dans la situation actuel d’opacité nous ne pouvons que suspecter, a minima, l’inutilité d’un tel avoir.
Quel trésor de diplomatie a-t-il fallu pour se faire rembourser l’achat d’une brouette pour la 3 ème action bénévole à l’éléphant ! (ci-joint CR AG cosiroc 2016)
Je peux bien sûr comprendre que certains dirigeants du cosiroc ne m’ait pas en affinité (au point que publier un article Feuillardière citant mon nom sur cosiroc.fr leur soit insupportable !).
Peut être parce que j’ai osé organiser 3 actions érosion à l’éléphant en relation avec l’ONF alors que selon eux ce rôle leur échoit. Je vous assure je le regrette et ne le ferai plus, l’éléphant peut bien s’écrouler rien à □.
Peut être parce, malgré les enjeux nationaux et internationaux de leurs crédibilité, j’ai osé protester de leurs accusations d’avoir - détruit des travaux de stabilisation, infliger des dégât à l’environnement, taillé des prises, modifier sans leurs accord des documents, bloquer le site web du cosiroc, refuser de leurs en donner les codes les obligeant à créer un nouveau site, bousillé leur travail, etc etc. - tout cela étant totalement faux (la diffamation est un délit, je le rappelle tout de même).

Je ne vois pas de justification à des topos et site web privés, privateurs et hors contrôles démocratique de l’information et du droit sur un domaine public.
bleaulib.org (35€/an) est un miroir de bleau.info conçu pour être participatif, corrigé, amélioré, complété et respectueux : on y signale (minimal donné à bleau.info en exemple) les massifs en RBI donc interdit,
(et bien plus : forums à divers niveaux, outils pour la créations de topos, traces gps , cartes osm et geoportail ... . Pas de Google Analytics !)
Et des corrections il y en à faire sur bleau.info. Envoyer un mail pour les signaler est archaïque, et pourquoi le faire si on en est pas partie prenante ? (D’où la création d’autres site web sur bleau, pas plus coopératif).
Je ne fais pas la promotion de bleaulib.org, il y a sans doute mieux à faire ! Je fais la promotion de ce principe coopératif possible, qui a prouvé son efficacité, wikipedia par ex. De cette manière il n’y aurait pas besoin d’être en affinité pour coopérer à la préservation d’un bien commun, dans "l’intérêt des usagers, du respect du droit en vigueur et du milieu naturel" (bLo statuts art 2).

Si bleau.info et cosiroc.fr pouvait coopérer pour prendre cette évolution !

Mais non, chacun veut contrôler son truc, pour soi (et ses potes), de son côté, jusqu’au plus ridicule : des noms différents donnés à une même voie selon les sites web (voies qui n’avaient auparavant pas de nom, Dieu qui pourtant donne un nom à toute chose avait oublié cette fois. Ouf ! grâce à eux, c’est rattrapé).
On l’a tous compris, avec certains il est difficile de coopérer. Pour ceux-ci annoncer un projet s’apparente à marquer leur territoire. Ils sont néanmoins sur un domaine public. On peut éventuellement leurs accorder confiance - certains ont fait leurs preuves - si accord démocratique et de l’ONF,
et si leurs projets ne devient pas un plaisir et business perso ! => les projets et topos doivent être remis au bien commun.
Ce ne sont pas les ornières et bourbier administratif de l’ONF qui sont en cause. L’ONF, comme ils l’ont demandé, n’a pas a être dérangé pour de la gestion de conflit entre grimpeurs (nous avons en com° SNE assisté à de pathétiques scènes, certains se faisant réprimander comme des gamins). L’ONF à la tâche de gérer et orienter le public vers les sites. Elle attend notre aide pour cela. Pour les RBI on pourrait éventuellement contester (?!...), si nous sommes quelque chose !

Si votre point de vue est que l’ordre doit venir d’en haut (et que la coopération ne doit se faire que sur le mode de le servir, par intérêt ou sous contrainte), au moins responsables de fédérations et clubs, demandez le signalement des massifs en RBI, et de supprimer les vidéos en RBI, a minima. Par respect du droit actuel, tant qu’un Bolsanoro ne permet pas leurs exploitations.

Bleaunne Année

Cordialement

François

ps : j’ai eu votre mail suite à cet échange com° SNE - cosiroc (je m’excuse donc si je fais erreur). J’en ai retiré les gens de l’ONF (lavons d’abord notre linge sale en famille).
Confronté aux climats conflictuelles de ces dernières années le plus sage a semblé de se retirer, laisser la camaradocratie désigner ses représentants et éventuels successeurs. (au moins ainsi pas d’engueulade devant l’ONF). OK !
Mais alors qu’ils prennent leurs responsabilités, ou passe la main (ce qui serait de toute façon le plus raisonnable. Personne n’est donc digne ?). Sinon comment croire que ces "très officiels", ne travaillent pas en fait que pour leurs intérêts ?

Ah ! merci pour la réfection du jaune de Hautes-Plaine qui est pour moi chargé de souvenir. Cela faisait quelques années que je voulais m’y mettre, pour faire plaisir à mon père qui regrettait sa disparition. Bon, j’aurai apprécié être prévenu, comme j’avais prévenu Pierre Bontemps pour l’orange du Mont Sarrasin, ce qui me vaut l’agréable souvenir d’une ballade en sa compagnie sur le massif. Mais je comprend que ce ne soit pas facile de prévenir, le cosiroc étant parvenu à organiser l’esbroufisme démocratique au profit de sa frénésie exclusive. Feuillardière, qui a fait les circuits de la Feuillardière ? peut être le cosiroc ... Moi je veux bien. si, Et allez hop ! on est tous membre et partie prenante du cosiroc. Et on fait un vrais beau site web pour et avec tous.
Sinon vous pouvez adhérez au principe et à l’association bLo (5 € / an). 7 adhérents et je rentre dans mes frais, 14 et je double la capacité de stockage web - c’est un peu limite là. Et nous pouvons avoir une gestion transparente commune, publique et responsable, sans déranger l’ONF plus que nécessaire.
Un nouveau jaune a été tracé à la Feuillardière. Autorisation de l’ONF et projet présenté pendant 2 ans. Pas sur cosiroc.fr étant donné qu’ils refusent de publier mes articles.
Qcq copains de la FSGT m’ont un peu aidé très concrètement et G13 a insisté pour me rembourser frais (je ne demandais rien) : achat d’une serpe italienne, peinture, brosses, pour 100 €. (2 ans de boulot, 1 jour / semaine. Un bleu rouge en projet, si ça vous tente ! L’ONF aimerait développer ce massif dont le Pk est sous utilisé.

Le 24/11/2014 11:14, Com. Escalade a écrit :

Bonjour,
En effet, dans la liste suggérée par le CoSiRoc, chaque massif est coché d’une lettre majuscule qui nécessite une explication. Cette lettre suggère la configuration « géomorphologique » de chaque massif d’escalade.
Un même massif d’escalade peut réunir plusieurs des catégories identifiées ci-dessous par les premières lettres de l’alphabet. L’ordre suit la chronologie de l’érosion des sols et n’est pas celui de l’importance du risque érosif.
(...)
Ce document a été transmis très officiellement à l’ONF par l’un des représentants du CoSiRoc lors de la Commission Erosion du 18 de ce mois.
Cordialement, pour le CoSiRoc,

cf La liste des circuits de bleau